UX Research, Appli mobile, Branding

Bien-être & Masturbation

Contexte

Application sur la masturbation (décomplexification, pratiques, conseils, produits, etc) dans le cadre du Bootcamp The Bridge.

Durée

2 semaines.

Équipe

Solo.

Outils

Google Form, Miro, Figma, Excel.
Posts Instagram issus de divers comptes (clitoriscollective, school_sexed)

Comprendre

Un marché à conquérir

Un benchmark a permis de constater que si internet, livres et campagnes de publicités sont prompts à parler sexualité à deux (ou plus), la masturbation en solitaire a encore de grands pas à faire pour être visible auprès du grand public.

Alors que, soyons honnêtes, la masturbation en solitaire fait beaucoup d'adeptes !

De bonnes initiatives pour informer existent, elles sont néanmoins bien cachées, même pour quelqu'un faisant des recherches bien précises (pour ce projet, évidemment ouioui).

Comment apporter
visibilité, réalisme et décomplexion ?

Questionnaire quantitatif

10

Heures

Une pratique à fort impact positif.

Les individus interrogés rapportent des effets positifs de la masturbation sur :

  • L’humeur (96%) ;
  • La santé (96%) ;
  • Les fonctions cérébrales (88%) ;
  • La confiance en soi (81%) ;Les relations (79%) ;
  • Les relations (79%) ;
  • L’énergie (72%)
  • Le charisme (65%).

235

répondants

Une pratique à objectifs multiples.

Les individus interrogés rapportent comme raisons principales de se masturber :

  • Pour satisfaire mes pulsions sexuelles : 82,3% ;
  • Pour atteindre le plaisir sexuel : 76,1% ;
  • Pour me relaxer ou diminuer mon stress : 74,8% ;
  • Pour m’aider à dormir : 51,8% ;
  • Parce que je m’ennuie : 40,7% ;
  • Pour explorer mes tendances ou préférences sexuelles : 35,8%.

97%

de masturbateurs

Une pratique à routine ... ou pas.

46% cherchent de nouvelles manières de se masturber la moitié du temps ou moins.

VS

47%
des répondants n'en cherchent jamais.

Entretiens (9 personnes)

Une chose est sûre, les gens ont des choses à dire ! Ils ont également été très enthousiastes et 8 d'entre eux ont déclaré qu'une telle appli serait nécessaire.

Pour faire court ici, nous retiendrons les éléments suivants, revenus le plus fréquemment :

Une chose est sûre, les gens ont des choses à dire ! Ils ont également été très enthousiastes et 8 d'entre eux ont déclaré qu'une telle appli serait nécessaire.

Pour faire court ici, nous retiendrons les éléments suivants, revenus le plus fréquemment :

Thèmes revenus fréquemment lors des entretiens.

"Est-ce que si tu ne connais pas ton corps
tu peux le transmettre à quelqu'un qui n'a pas le même organe ?"

Verbatim utilisateur

Personas (en partant de la cible principale) :

Thèmes revenus fréquemment lors des entretiens.

Concevoir

Alors, quel est le concept ?

D'abord, concevoir une Webb-app ou une application (parce que "mobile first") qui permette à n'importe qui de s'instruire, sans jugement ni tabou.

Avec trois objectifs en bonus :

Quelques How Might We

D'abord, concevoir une Webb-app ou une application (parce que "mobile first") qui permette à n'importe qui de s'instruire, sans jugement ni tabou.

Avec trois objectifs en bonus :

Le Crazy-5, la version "sprint" du Crazy-8

Plusieurs groupes à faire passer, un temps très limité, au moins 30 min d'atelier chacun, vous voyez où je veux en venir ?

Les idées inédites retenus :

  • Roue de la fortune : pouvoir consulter un article au hasard ;
  • Bouteille à la mer : pouvoir lancer une question anonyme à un autre membre de l'appli toujours, au hasard ;
  • Des profils reconnus pour poser des questions ;
  • FAQ.

Les idées inédites confirmées :

  • Pas de limite de genre ;
  • Prise de RDV en ligne anonyme avec des experts ;
  • Onboarding pour du contenu personnalisé ;
  • Ton ouvert et amical.

Et deux-trois étapes de Low-Fi plus tard...

Concrétiser

Fonctionnalités clés :

Tests utilisateurs (9 personnes)

Deux tests utilisateurs ont été nécessaires pour la version Mid-Fi.

Pour les trois premiers utilisateurs, la première version comprendrait trois endroits bloquants :

Hormis ces points (avec de petites modifications), l'application a été jugé très intéressante et bien conçue.

Une fois ces modifications effectuées, les 5 testeurs de la V2 ont été ravis de l'application !

Ils se sont montrés impressionnés par la qualité de l'application ainsi que par la quantité d'informations déjà disponibles.

5 des 9 testeurs se sont montré intéressés par la publication de l''application !

“Je n’aurai pas honte de la montrer à ma nièce de 17 ans”

Verbatim utilisateur

Tenter de résoudre un problème utilisateur

L'un des problèmes remontés par les utilisateurs est de ne pas savoir où chercher, ou d'avoir peur de ce sur quoi ils pourraient tomber.Ainsi, l'application bénéficierait d'une campagne de pub (simple et percutante) afin de diffuser l'existence de l'application.

Thèmes revenus fréquemment lors des entretiens.

Apple store

De la même manière, l'application serait présente dans l'Apple store, non seulement dans le but de faciliter son référencement, mais également afin de lui donner de la crédibilité.

Pourquoi DOE ?

Trois raisons :

  • Déjà, je manquais d'inspiration pour un nom sérieux ;
  • Ensuite, en référence à l'expression "Jane Doe", qui désigne une personne lambda ou non identifiée (comme notre large public) ;
  • Enfin, en référence à l'acronyme DOE : "Depends On Experience" ("Dépends de l'Expérience"), comme la masturbation.

Pourquoi 13+ ?

Parce que c'est l'âge moyen de début de la masturbation, selon l'étude préliminaire.

La publicité et la page de l'application ont été montrées aux testeurs avant le prototype final.

Design System

Une police moderne et ronde, ouverte, des couleurs principales rappelant l'érotisme, avec des couleurs secondaires douces associées à la sexualité, privilégier les aplats à la place des boutons, des icônes simples et efficaces, ... Et hop ! une interface simple, propre et apaisante.

Tests utilisateurs (5 personnes)

Les utilisateurs ont unanimement apprécié les fonctionnalités proposées, renforcées par le ton léger adopté (la blague "masturbation clitoridienne, est-ce que je m'en branle" à fait un carton).

Dans l'ensemble, les utilisateurs ont apprécié discuter autour du concept.

Ainsi, les retours sont particulièrement positifs (eh oui chacun y met quand même son petit grain de magie sur un détail ou deux).

L'idée d'une telle appli les a séduit, peut-être encore davantage celles ayant eu un long parcours d'apprentissage.

Étapes suivantes

Imaginons que l'application continue d'évoluer

Les fonctionnalités seraient encore améliorées et d'autres pourraient voir le jour, notamment :

3 utilisateurs sur les 13 au total auraient apprécié davantage d'images, cela serait-il cohérent avec notre volonté de discrétion ? À étudier.

Imaginons que l'application soit bel et bien publiée

Son existence reposerait sur le trafic généré.Les recherches utilisateurs effectuées, particulièrement la recherche quantitative, ont montré une réelle demande pour ce type d'application, qui n'existe tout simplement pas.

Il y aurait quatre sources de revenus potentiels :

Conclusion

Un bilan particulièrement positif

Le sujet a beaucoup intrigué les personnes inclues dans la conception !

Le sujet du tabou autour de la masturbation est l'un des grands enjeux de notre société (consulter l'article sur la censure silencieuse de biird), la pratique étant connue mais pas REconnue, surtout chez les femmes.

Les utilisateurs ont réellement apprécié l'application et ses fonctionnalités, ainsi que les éléments qui l'entourent (publicité, apple store, fonctionnalités complémentaires), allant jusqu'à suggérer son utilité publique, hors du cadre du Bootcamp.

D'un point de vue personnel, ce sprint de deux semaines est une réussite ! Il reflète en même temps mes capacités de base et ma progression durant ce Bootcamp.

Merci à toutes les personnes qui ont participé à cette réussite !

"Oui au plaisir, oui à la sexualité ❤️"

Verbatim questionnaire

Quelques sources pour cette application :

Les fonctionnalités seraient encore améliorées et d'autres pourraient voir le jour, notamment :

beta.gouv

Cacatoès Challenges

Everysens

GPCI

DOE